Entretenir son youngtimer

Les pièces autos d’un YoungTimer

Comment choisir ses pièces pour son YoungTimer ?

Dans le cadre d’une recherche de pièces autos pour son auto ancienne on distingue deux grandes familles.

La recherche de pièces pour son YoungTimer dans le but d’une restauration full stock et dans le cadre d’une préparation. Dans le premier cas nous allons chercher à restaurer la fiabilité, les spécifcations et l’agrément du moteur d’origine. Alors que dans le deuxième cas nous allons avoir beaucoup de cahiers des charges différents autant quasiment que de propriétaires de YoungTimer puisqu’on aura des applications différentes (Course de cotes, Rallye, Circuit amateur) avec des envies qui seront différentes. C’est à dire puissance extrême avec un peut moins de fiabilité ou alors puissance augmentée mais avec une fiabilité toujours au rendez-vous

En tout état de cause, la chose la plus importante qui concerne ces deux familles c’est que lorsque vous cherchez une pièce pour votre YoungTimer, il faut tout d’abord créer votre cahier des charges. c’est à dire de savoir d’où vous partez et où vous souhaitez aller.

Les mauvais réflexes

Le premier mauvais réflexes et le plus mauvais d’entre eux est de s’arrêter à un prix, de prendre le prix comme un vecteur de comparaison. Cela fait le bonheur des faiseurs de marges et des marketeurs en tout genre parce qu’on sait en plus que le plus chère rassure donc c’est gagnant gagnant mais tout pour la même personne qui est le vendeur. L’essentiel est de regarder la cohérence du prix, ce qui est une analyse qui est beaucoup plus fine que de s’arrêter à un prix brut.

Le deuxième mauvais reflexes est de s’arrêter à l’image de marque. En ce qui concerne les YoungTimer c’est de faire confiance à des mots tels que Motorsport, Racing, Engineering etc… Ceci n’apporte rien à la qualité intrinsèque de votre pièce, ni à son mode de fabrication, ni à son mode de control qualité.

Le troisième mauvais reflexes est de penser qu’avoir une pièce plus dur, plus renforcée et plus racing est toujours mieux. Ceci est un mauvais reflexe car un moteur à combustion est fait d’un ensemble de pièces qui sont déterminés pour fonctionner ensemble et donc intervenir sur l’une d’elle ou l’une des caractéristiques va souvent avoir une conséquence importante sur le reste et dans le pire des cas, la destruction du moteur. Il faut donc voir comment à été faite votre pièce d’origine, essayer de comprendre pourquoi elle à été faite comme ça et ne pas penser qu’un pièce plus renforcée irait forcément mieux.

Les bons réflexes

Le premier bon reflexe est d’être attentif à la description de l’article que vous souhaitez acheter. En effet vous devez prendre le temps de lire cette description d’article et repérer les incohérences ou des informations partielles qui vous mettent le doute et qui doivent vous donner envie d’aller plus loin dans les recherches.

Le deuxième bon reflexe est d’aller regarder la cohérence du prix. Cette cohérence s’attache à quatre variables: Le matériaux, l’approvisionnement en matériaux (la quantité), l’outillage et la main d’œuvre. Lorsque vous avez ces quatre variables vous pouvez bien dégrossir et comparer aussi certaines pièces.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *