Jagua X type
Entretenir son youngtimer

Jaguar X-Type a célébré son 20e anniversaire

En novembre 2000, le PDG de Jaguar, Jonathan Browning, annonce un nouveau plan pour relancer les ventes de la marque. Il était urgent de créer un modèle plus accessible et moins formel que les berlines S-Type et XJ : une voiture qui devrait sur le papier, atteindre des ventes annuelles de 100 000 unités. Prendre des parts aux rivaux allemands, qui ont dominé le segment pendant au moins deux décennies, ne serait pas facile, mais c’était la mission de Jaguar avec la X-Type.

Désignée par le code “X400”, la X-Type a été développée pendant la période où Jaguar était dans l’orbite du groupe Ford : en effet, entre 1999 et 2010, l’entreprise de Coventry faisait partie de la division Premier Automotive Group PAG. La nouvelle voiture a élargi la gamme de Jaguar vers le col, pénétrant dans un véritable champ de mines, celui des berlines du segment D. La X-Type faisait partie d’un programme plus large de relance de la marque, qui visait à doubler les ventes mondiales. Cela a nécessité une expansion des ressources d’ingénierie, de la capacité de production, ainsi qu’une expansion du département marketing et du réseau de vente et de service. À partir de ce modèle, Jaguar étudiera les moyens d’élargir progressivement sa gamme pour suivre le rythme des autres marques haut de gamme. C’est pourquoi, lors du lancement de la X-Type, la presse a qualifié la nouvelle voiture de “plus importante Jaguar de tous les temps”.

Le style de la Jaguar X-Type sportif  

Sous la supervision de Geoff Lawson le style de X-Type a été défini, à partir des propositions de Wayne Burgess et Simon Butterworth, qui ont dessiné les lignes musclées et bien dessinées de la “petite” Jaguar. La variante break, disponible à partir de fin 2003, est la première Jaguar suivie par le designer Ian Callum et a été développée en collaboration avec Pininfarina.

Le design de la X-Type wagon se caractérise par un hayon à ouverture indépendante et des barres de toit chromées ou noires. Évidemment, la banquette arrière peut être inclinée si nécessaire (sans retirer les appuis-tête), offrant ainsi une bonne capacité de chargement. La X-Type “familiale” a été commercialisée aux États-Unis sous le nom de Sportwagon, soulignant le concept de sportivité dans son ADN.

Les caractéristiques du Moteur 

Les deux moteurs V6 essence proposés au lancement étaient disponibles en 2,5 litres et 3 litres de cylindrée, et ont été rejoints en 2002 par un nouveau V6 2,1 litres d’entrée de gamme à traction avant. Les trois unités étaient équipées de la distribution variable et appartenaient à la série AJ-V6, une famille de moteurs développée sur la base du moteur V6 Duratec de Ford. Le moteur de 2,1 litres était une caractéristique de la X-Type et développait 156 ch . Le 2,5 litres était partagé avec la Ford Mondeo et délivrait 196 ch , tandis que le 3 litres équipait également les plus grandes Jaguar S-Type et Lincoln LS. Dans ce cas, les spécifications étaient de 231 ch . Des transmissions manuelles et automatiques, toutes deux à cinq vitesses, étaient disponibles pour tous les modèles. Le moteur diesel était également d’origine Ford et était basé sur le moteur Ford Duratorq ZSD de la Mondeo. Au départ, le moteur diesel était exclusivement associé à une boîte de vitesses manuelle, ce qui a contribué à limiter sa popularité, alors que les concurrents proposaient des boîtes automatiques même sur les modèles diesel.

Jaguar X-Type: fin d’une époque

L’inexpérience de Jaguar dans le segment D s’est manifestée par l’adoption tardive de moteurs et de boîtes de vitesses qui, notamment en Europe, auraient favorisé les ventes de la X-Type, plus “chic”. Un style personnel au charme britannique ne suffit pas à prendre le dessus sur les concurrents teutons. Après huit ans de carrière, la X-Type a quitté les listes à la fin de 2009 avec une production d’environ 350 000 unités.

La Jaguar X-Type a reçu des critiques mitigées. Séduite par le slogan de la “Génération Jag”, chuchoté sur l’air de Wicked Games de Chris Isaac, une nouvelle génération de clients est venue à la marque, captivée par le style distinctif de la X-Type et les coûts d’exploitation plus abordables que les autres Jaguar. Les clients historiques, quant à eux, ont pris leurs distances avec la marque pour les mêmes raisons : c’était la fin d’une époque.

Avec l’élimination de la X-Type, l’image de marque de Jaguar allait changer pour une image plus hi-tech, moins liée aux canons classiques de l’élégance britannique. De nouveaux modèles sont apparus sur le marché, comblant les lacunes de la X-Type et explorant de nouveaux segments, mais aucun d’entre eux n’a provoqué le même effet.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *